Lost Persons Area
Quelques séries pour (bien?) commencer 2012

Les chaînes de télévision ont déjà commencé à diffuser certaines de leurs nouvelles productions, voici notre avis sur Public Ennemies et House of Lies.

La mini-série de trois épisodes Public Enemies, diffusée sur BBC One raconte la réinsertion d’Eddie Mottram (Daniel Mays) qui termine de purger une peine de 10 ans de prison pour le meurtre de sa petite amie. Il est suivi par l’agent de probation Paula Radnor (Anna Friel) qui vient de reprendre son travail après avoir été suspendue car l’un des ex-détenus qu’elle devait superviser a récidivé.

Sans être absolument captivant le pilote introduit les thèmes de la relation de l’ex-détenu avec sa famille, la famille de la victime et son agent de probation. L’intrigue (assez prévisible) n’est vraiment lancée qu’à la fin de du premier épisode et annonce une suite un peu plus mouvementée.

La série est assez proche de Luther et The Shadow Line : réalisation soignée (souvent caméra à l’épaule), personnages complexes, rythme assez lent et confirme (si on en doutait encore) que les chaînes anglaises arrivent à produire des mini-séries de grande qualité qui n’ont plus rien à envier aux gros networks américains.

À noter enfin : la performance d’Anna Friel qu’on retrouve avec plaisir dans la peau d’un personnage bien éloigné de la toute gentille et toute mignonne « Chuck » de la série américaine Pushing Daisies.

Note : 7.5/10

 

House of Lies, diffusée sur Showtime nous plonge dans un cabinet de consultants en management peu scrupuleux mené par Marty Kaan (Don Cheadle).

Comme dans Leverage, on retrouve une équipe où chacun a son rôle et où la finalité est d’embobiner le client qui engage le cabinet. À ça s’ajoute des situations et des dialogues assez trash et une famille dysfonctionnelle qui viennent rappeler Californication (également sur Showtime).

Le pilote est brouillon et peu convaincant, le format assez court fait qu’on ne s’attarde pas vraiment sur ce que sont censés faire les personnages : trente minutes, trois scènes de sexe, largement de quoi remplir une boite à gros-mots et au final peu de place laissée à l’histoire.

On espère que les épisodes suivants seront un peu plus posés, le casting avec Don Cheadle et Kristen Bell (surtout connue pour Veronica Mars et qui n’avait pas été très convaincante dans Heroes) pourrait à lui seul faire l’intérêt de la série.

Note : 5/10

Posté par Nicolas - janvier 18, 2012
Catégories
Archives